Côte d'Ivoire - La filière Cajou s'organise.

Côte d'Ivoire - La filière Cajou s'organise.

Les producteurs, acheteurs, exportateurs et transformateurs du cajou vie sont réunis pour réfléchir ensemble dans le but d'impulser une nouvelle dynamique à la filière. Une association interprofessionnelle en est née. Les producteurs, acheteurs, exportateurs et transformateurs du cajou venus de tout le pays ont jeté, à Yamoussoukro, les bases de la création d'une interprofession. 48 heures d'échanges et de réflexions de ces différents maillons de la chaîne des valeurs de l'anacarde pour établir les textes qui vont régir cette interprofession qui devrait être dénommée Organisation Interprofession Agricole du Cajou, OIA. Après trois années de gloire, avec des productions en hausse et des prix de vente qui ont frôlé la barre des 1000f CFA le kg, la filière connaît depuis quelques temps des difficultés. Aujourd’hui, le kg d’anacarde se vend, aujourd’hui, à 350 francs. Loin des 500 francs fixé par l’Etat de Côte d’Ivoire. Cette baisse drastique des cours est une des principales raisons avancées pour justifier la fuite des produits vers les pays voisins à savoir le Burkina Faso et le Ghana. Deux pays où les prix d’achat sont bien meilleurs que ceux pratiqués en terre ivoirienne. Au pays des hommes intègres, par exemple, le kg de cajou coûte 900 francs CFA.

Lawani Babatunde, correspondant permanent à Abidjan