La BAD augmente le rythme de l'industrialisation sur le continent, améliore l'accès des entreprises au financement, aux compétences, à l'énergie

La BAD augmente le rythme de l'industrialisation sur le continent, améliore l'accès des entreprises au financement, aux compétences, à l'énergie

La Banque africaine de développement (BAD) a déclaré qu'elle a accéléré le rythme de l'industrialisation sur le continent, grâce à l'amélioration de l'accès des entreprises aux transports, à l'énergie et aux compétences au cours de l'année écoulée.

La banque de développement a fait cette révélation jeudi dans son Annual Development Effectiveness Review (ADER) publié lors des réunions annuelles de la Banque à Busan, en Corée du Sud. «En 2017, les entreprises ont amélioré l'accès aux transports, à l'énergie et aux compétences, ce qui a accru leur capacité à faire des affaires à travers le continent», a noté la BAD, ajoutant qu'elle contribuait à ces améliorations en fournissant à 14 millions de personnes Au-dessus de son objectif, construire ou réhabiliter 2 500 km de routes en 2017 et aider 210 000 petites et microentreprises à accéder au financement, ce qui a bénéficié à 2,6 millions de personnes.

Il a déclaré que ses efforts pour accélérer le rythme de l'industrialisation étaient également soutenus par sa présence dans 38 pays ainsi que par des opérations ponctuelles et de qualité.

Chaque année, l'ADER examine l'efficacité opérationnelle de la Banque et son efficacité organisationnelle, en utilisant le cadre de mesure des résultats de la Banque pour 2016-2025. Il rassemble les preuves des forces et des faiblesses pour fournir à la direction une compréhension claire de ce qui a bien fonctionné et de ce que la Banque doit faire de mieux pour atteindre ses objectifs de développement du Haut 5.

"Le rapport montre que la Banque africaine de développement respecte son engagement d'aider l'Afrique à atteindre les priorités de la Banque dans le cadre des 5 priorités", a déclaré Charles Boamah, vice-président principal. ses opérations. "

L'ADER de cette année met particulièrement l'accent sur l'industrialisation de l'Afrique. "Il y a de bonnes raisons d'être optimiste sur le fait que l'industrialisation est réalisable dans les années à venir. L'Afrique est ouverte aux affaires, avec des économies stables et des environnements favorables aux entreprises », a déclaré Akinwumi Adesina, président de la BAD.

"Il a une main-d'œuvre jeune et croissante qui est de plus en plus mondiale dans les perspectives. L'urbanisation et la montée de la classe moyenne africaine ouvrent de nouveaux marchés de consommation, qui attirent les investisseurs. "

"Ce niveau de performance est prometteur, mais nous devons continuer à piloter la livraison opérationnelle et l'impact", a déclaré Simon Mizrahi, directeur de la livraison, de la gestion de la performance et des résultats de la Banque.