Nigeria – Le bras de fer entre Shell et Neconde Energy se poursuit.

Nigeria – Le bras de fer entre Shell et Neconde Energy se poursuit.

La compagnie pétrolière nigérianne Neconde Energy a lancé une procédure d'arbitrage contre Royal Dutch, Shell, alléguant que le pétrolier Shell continuait de soulever du brut et ne versait pas de fonds après la vente d'un bail. Le champ pétrolifère en question, Oil Mining Lease (OML) 42, est également au centre des allégations de corruption qui défraie depuis plus d’un mois la chronique.

Shell, la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, l'une des plus importantes sociétés multinationales, fait l’objet d’une énième plainte au Nigeria. Cette fois, c’est la société d’énergie nigériane Neconde Energy qui l’assigne en justice. Celle-là même qu’elle avait accusé quelques semaines plus tôt de…corruption. Fin mars, Shell avait déposé une plainte criminelle contre un ancien employé le soupçonnant d'avoir perçu des pots-de-vin dans la vente de 390 millions de dollars du champ Oil Mining Lease (OML) 42.

Neconde Energy avait verbalement répliqué, annonçant début avril le rachat de sa participation dans OML 42 à la suite d'un appel d'offres concurrentiel, non sans préciser n’avoir versée aucun paiement à un ancien employé de Shell ou à d'autres sociétés pour faciliter l'achat.Neconde Energy ne s’arrêt pas là et lance une nouvelle plainte auprès de la justice britannique. Cette fois, elle accuse Shell de prélever du brut et de ne pas s’acquitter des paiements dus, suite à son achat d’une participation dans le champ pétrolier OML 42, et aussi de polluer le Delta du Niger. Par la voix de son PDG, Frank Edozie, déclare que Shell continuait à produire du brut jusqu'à ce que le ministère du pétrole approuve la licence de Neconde en novembre de la même année.  « Il produisait et levait du brut bien que l'actif avait, par acte de transfert, déménagé à Neconde. Shell a soulevé le pétrole brut et a retenu le produit - rien n'a été donné à Neconde.

Neconde, précise d’ailleurs  Frank Edozie à nos confrères de Reuters, avait lancé l'affaire d'arbitrage à Londres à la fin de l'année 2017 pour tenter de récupérer de l'argent, sans préciser le montant du dû. Il faut dire que Neconde était incapable de fournir avec précision la quantité de brut produite, levée et vendue de façon inappropriée par Shell.

Par expérience, les litiges d'arbitrage, qui sont tenus en privé, prennent souvent des années à se résoudre mais peuvent aussi être retirés rapidement si un accord est conclu en privé.