Le pétrole au plus haut en 3 ans à Londres

Le pétrole au plus haut en 3 ans à Londres

Les cours du pétrole ont de nouveau nettement grimpé (cours des 10 et 11 avril 2018) à la faveur d'un apparent apaisement des tensions entre Pékin et Washington et d'un regain de risques pouvant affecter la production d'or noir au Moyen-Orient. 

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé en hausse de 1,02 dollar pour terminer à 72,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), son plus haut niveau en clôture depuis fin 2014. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai a pris 2,09 dollars pour finir à 65,51 dollars. En deux séances le prix du Brent a grimpé de 5,9% et celui du WTI de 5,6% le mardi 10 avril. 

Au lendemain, mercredi 11 avril, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 71,18 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 13 cents par rapport à la clôture de la veille.

Une situation exacerbée par les tensions au Moyen-Orient liées  à l'attaque présumée aux "gaz toxiques" et menace de réplique américaine.

Dans la foulée et éclipsé au second plan, un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), fait état d’une légère révision à la baisse des prévisions de production de brut aux Etats-Unis en 2018 (à 10,7 millions de barils par jour) et à la hausse ses prévisions pour 2019 (à 11,4 millions de barils par jour).

 Le pétrole prend le chemin inverse en Asie

Alors que le cours du pétrole monte à Londres, sur les marchés asiatiques, c’est une baisse que l’on enregistre. En effet, es cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi 11 avril 2018 en Asie, après la publication d'estimations d'une hausse surprise des réserves américaines de brut (sous réserve des résultats finaux en fin de journée).

Vers 03h45 GMT, le baril de light sweet crude (WTI) référence américaine du brut, pour livraison en mai reculait de 14 cents à 65,37 dollars dans les échanges électroniques en Asie.  Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, cédait 25 cents à 70,79.Les  spécialistes pensent que l’annonce des Etats Unis la semaine précédente en est pour quelque chose.  En effet, la fédération privée American Petroleum Institute (API) a estimé mardi que les réserves américaines de brut avaient augmenté de 1,758 million de barils au cours de la semaine achevée au 6 avril, ce qui est interprétée comme une baisse de la demande en pétrole au sein de la première économie mondiale.