Entre Suez et Sde, le feuilleton continue

Entre Suez et Sde, le feuilleton continue

C’est sous  le titre alarmiste «  Alerte, on veut contourner la mesure de l’ARMP pour offrir à SUEZ NOS EAUX ! » que le coordonnateur du Forum social sénégalais (FSS) attire l’attention de l’opinion, ce 24 mars 2019, sur une tentative de forfaiture présumée. En effet, le souci de Mamadou Mignane Diouf est de dénoncer une tentative de réattribution in catimini du marché sénégalais de l’exploitation et de la distribution d'eau au groupe français Suez. Alors que le président réélu n’a pas encore formé un nouveau gouvernement. D’autant, dit-il, qu’après« une série de dénonciations du processus d'attribution de ce marché à la société Suez,  l'ARMP avait fini par suspendre l'attribution provisoire ». Président du  Conseil citoyen Droit à l’Eau et à l'assainissement, Mignane Diouf interpelle : « Pourquoi une précipitation à vouloir prendre des décisions inopportunes dans cette phase transitoire qui finit dans quelques jours avec la prestation de serment du Président élu ? ». On se souviendra en effet, qu’ayant reçu les offres de Veolia, Suez et Sde (la société nationale des eaux),  à l’étape initiale de la présélection, les autorités avaient reçu des offres de prix qui donnaient la Société des eaux du Sénégal (Sde)  moins-dissante devant Suez (  286,9 francs CFA, contre les 298,5 ). Mais à la surprise générale, le marché avait été attribué provisoirement au groupe français, sur la base de critères techniques. Sde et Veolia avaient alors déposé un « recours contentieux » devant le Comité de règlement des différends (Crd). Estimant que « «L'application aux candidats d'un mode de calcul non prévu dans le dossier d'appel d'offres durant l'évaluation est contraire au principe de transparence», l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) avait tranché conduisant à la suspension de cette attribution,  estimant qu’elle ne devait pas se faire à ce stade à partir d’autres critères. Malgré tout, selon Mingnane Diouf,  c’est un hold up qui se prépare afin d’obtenir de l’Armp un avis de non objection qui entérinerait  définitivement cette attribution. Surtout « au moment où le gouvernement en cours a cessé tout engagement et tout contrat, en attendant le tout prochain gouvernement qui sera installé après la prestation de serment du Président nouvellement élu », dit le texte.

La Rédaction