Huile d'olive : Des perspectives d’être numéro 1 mondiale pour la Tunisie

Huile d'olive : Des perspectives d’être numéro 1 mondiale pour la Tunisie

Les exportations tunisienne d'huile d’olive devraient rapporter à l’économie plus de deux milliards de dinars, soit environ 700 millions d'euros, selon l’Office national de l'huile qui précise que la production moyenne d’huile d’olive s'élève sur les 10 dernières années (2006-2016) à 176.000 tonnes avec un minimum de 70.000 tonnes et un maximum de 340.000 tonnes enregistrées respectivement pendant les campagnes 2013/14 et 2014/15.

L’huile d’olive tunisienne est exportée vers 54 marchés internationaux, notamment ceux de l’UE (Union Européenne) qui accaparent la part du lion avec plus de 56 000 tonnes, suivis des Etats-Unis d'Amérique avec 35 000 tonnes dont 7 000 tonnes d’huile conditionnée. La Tunisie a accédé à de nouveaux marchés prometteurs, au cours des dernières années, à savoir les marchés Russe, Indien, Japonais et Africains.

La Tunisie, qui dispose aujourd'hui d'une capacité de stockage de 365 000 tonnes, dont 150 000 (41%) détenues par l'Office national tunisien de l'huile, envisage l’exportation de près de 200 000 tonnes d'huile d'olive dont plus de 25 mille tonnes conditionnées, au vu d'une récolte record prévue au cours de la saison 2017/2018.

Les exploitations oléicoles étendues sur 1.8 millions d’hectares avec 88 millions de pieds d’oliviers sont reparties sur tout le territoire tunisien. Mais, avec 20 % de la superficie mondiale de la culture d’olive mais seulement 6 % de la production mondiale, la Tunisie peut, sous peu, s’imposer en leader mondial du secteur. Surtout avec la modernisation du secteur qui a su introduire de nouvelles techniques telles que les outils connectés qui simulent en temps réel le besoin d’eau de la culture, l’irrigation souterraine en goutte-à-goutte (système d’arrosage enfoui à 25-30 cm dans le sol), le renouvellement des plantations d’oliviers, systèmes d’analyse des états hydriques des sols, climats et cultures, mais aussi l’extension des périmètres agricoles…

Actuellement seuls 45 % de la production est faite sur les 90 000 hectares de surface irriguée, ce qui ne représente que 5 % de la surface de production.